Conséquences

Pour certains la perte de cheveux peut être minime, tandis que pour d’autres la trichotillomanie peut entraîner de sérieux dommages physiquescomme la calvitie totale ce qui entraîne une importante détresse.
 
Certains trichotillomanes peuvent ne plus avoir d’activité professionnelle, et ne plus vouloir sortir de chez eux. 
 
Cependant dans la plupart des cas, les trichotillomanes redoutent essentiellement que leur trouble soit découvert< (ils évitent d'aller à la piscine, prennent parfois plusieurs heures pour se coiffer) et utilisent de nombreux subterfuges (coiffures, foulards, maquillage) pour le cacher.
 
La trichotillomanie est fortement associée à une image négative de soi et particulièrement de son corps, une anxiété et une frustration importante, de la dépression, une faible estime de soi, et un sentiment de ne pas être attirant(e). 
 
En effet, 80% des trichotillomanes rencontreraient des difficultés avec leur image corporelle, et plus de 20% d’entre eux présenteraient un trouble de type dysmorphophobie. 
 
Selon les études, de 17 à 75% des trichotillomanes cachent leur trouble à leur entourage.
 
Un certain nombre de patient(e)s sont également confronté(e)s à l’incompréhension du corps médical face à ce trouble, due à une certaine méconnaissance de la trichotillomanie, qui peut être perçu de façon triviale et sans prendre en considération les implications émotionnelles et psychosociales. Or ceci ne peut qu’augmenter le sentiment de honte et le repli sur soi chez la personne.
 
La trichotillomanie s’accompagne souvent d’autres troubles psychologiques (notamment troubles anxieux, dépression, personnalité histrionique, narcissique et trouble borderline).
 
Source Wikipedia